Aider quelqu’un à préparer son plan

La responsabilité de prendre des décisions médicales pour autrui peut sembler écrasante. Si vous êtes un proche aidant ou un mandataire, vous devez savoir si la personne que vous soignez a préparé un plan préalable.

Comment commencer :

1. Amorcez la discussion
Bien que chacun perçoive différemment les soins qu’il souhaite recevoir en fin de vie, il peut toutefois être difficile d’aborder ce sujet. Choisissez donc un moment opportun, tranquille, qui se prêtera bien au dialogue et à l’écoute. Rappelez-vous aussi que discuter de ce sujet peut demander plusieurs séances.
Des outils peuvent vous aider à aborder le sujet.

2. Informez-vous
La préparation d’un plan préalable peut paraître complexe lorsqu’on ne sait pas comment s’y prendre. Nous avons des ressources très utiles!
Voir les manuels et les ressources
Consulter le centre de ressources communes sur la planification préalable des soins
Voir le glossaire des termes associés à la planification préalable des soins et aux traitements de fin de vie

3. Aidez la personne à consigner ses volontés
Si vous êtes mandataire de la personne, il importe que vous sachiez exactement ce que comprend son plan préalable. D’ailleurs, le fait de préparer le plan à deux est l’occasion parfaite de poser des questions sur les choix concernant les soins de fin de vie.
Télécharger le manuel

4. Gardez le dialogue ouvert
Tout change, et il en est de même pour les situations de vie et les choix personnels. Il est donc important de garder à jour le plan préalable et d’en discuter régulièrement, particulièrement s’il y a des changements dans l’état de santé de la personne ou si un nouveau diagnostic est posé. Vous devez aussi vous assurer que les autres personnes concernées — médecins, professionnels du droit ou de la finance, membres de la famille, amis — sont au courant de l’existence du plan préalable.